Surfer et voyager en Indonésie



pour visualiser nos meilleurs tarifs promotionnels.
C'est simple, gratuit et rapide
À partir de 65€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : Bingin

eco-resort à deux pas de spots mythiques
À partir de 65€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : Padang Padang

Surf & Yoga à Uluwatu - Bali
À partir de 67€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : Greenbowl

Séjour avec surf guiding, cours de surf et yoga
À partir de 73€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : Canggu

Séjour surf et yoga à Bali
À partir de 76€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : Padang Padang

Séjour avec Surf guiding, cours de surf et yoga
À partir de 225€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : the peak

Séjour d'exception au large de Sumatra
À partir de 300€
pour 1 nuit

Indonésie, spot a proximite : Iceland

Surf resort d'exception dans les Mentawai
À partir de 419€
pour 7 nuits

Indonésie, spot a proximite : Padang Padang

Surfcamp avec yoga sur 7 / 14 nuits
À partir de 499€
pour 7 nuits

Indonésie, spot a proximite : Canggu

Surfcamp avec yoga et fitness sur 7 / 14 nuits
À partir de 499€
pour 7 nuits

Indonésie, spot a proximite : Canggu

Experience yoga retreat, surf et fitness sur 7 / 14 nuits

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (15/10/2021)

Du fait de la circulation du virus de COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Dispositions applicables en Indonésie :

Les détenteurs de certains types de visa sont à nouveau autorisés à se rendre en Indonésie. Il est vivement recommandé de vérifier auprès de la section consulaire de l’Ambassade d’Indonésie à Paris les catégories de voyageurs autorisées à entrer sur le territoire indonésien.

En outre, tous les étrangers qui se rendent en Indonésie doivent présenter un certificat de vaccination (vaccination complète) conforme au protocole vaccinal en vigueur dans leur pays de résidence et avoir téléchargé l’application de surveillance et traçage du Covid-19 "PeduliLindungi" sur son téléphone portable.

Outre la présentation d’un test RT-PCR négatif de moins de 72 heures avant le départ, de leur certificat de vaccination et du formulaire en ligne indonésien eHAC via l’application PeduliLindungi, les voyageurs seront soumis à un test PCR (à leurs frais) à leur arrivée à l’aéroport (la délivrance du résultat de ce test est susceptible de conduire à un temps d’attente prolongé à l’aéroport), devront observer un isolement (quarantaine) de 5 jours à leurs frais dans un hôtel désigné par les autorités locales et seront à nouveau soumis à un test PCR (à leurs frais) à l’issue de cette quarantaine. Cette quarantaine obligatoire devra être suivie d’une période de confinement volontaire à domicile de six jours.

De nouvelles restrictions s’appliquent pour les déplacements interurbains, notamment l’obligation d’avoir reçu au moins une injection vaccinale avant le voyage et d’avoir téléchargé l’application de surveillance et traçage du Covid-19 "PeduliLindungi" sur son téléphone portable. Jusqu’à nouvel ordre, les enfants de moins de 12 ans ne sont pas autorisés à voyager à l’intérieur d’Indonésie. Certaines exemptions sont néanmoins prévues :

  • Les ressortissants étrangers devant voyager sur un vol international sont autorisés à emprunter un vol domestique sans avoir à présenter de certificat de vaccination s’ils demeurent dans la zone de transit à Jakarta jusqu’à leur embarquement sur le vol international.
  • Les ressortissants étrangers qui n’ont pas la possibilité de se faire vacciner en raison de leur état de santé sont autorisés à effectuer un déplacement interurbain sur présentation d’un certificat médical justifiant de la contre-indication ou de l’impossibilité de se faire vacciner.

Sur l’ensemble du territoire indonésien, les mesures sanitaires prises par les autorités locales sont les suivantes :

  • mesures de détection des symptômes à l’arrivée sur le territoire (aéroports, ports, frontières terrestres) ;
  • port du masque obligatoire en cas de sortie ;
  • respect de la distanciation physique et sociale ;
  • contrôle des certificats de vaccination à l’entrée de nombreux immeubles de bureaux, centres commerciaux et transports publics ;
  • prise de température à l’entrée des bâtiments.

Des mesures de restriction des activités sont en vigueur dans le pays (télétravail, interdiction ou limitation d’accès des lieux publics, etc.), selon des modalités régulièrement mises à jour sur le site de l’ambassade de France.

Ces mesures étant susceptibles d’évoluer à tout moment, les voyageurs doivent se tenir informés des consignes des autorités locales, notamment en consultant le site internet de l’ambassade de France en Indonésie.

En cas de questions, sur les modalités d’application des mesures concernant l’entrée et le séjour en France, il est possible de s’adresser au numéro vert : 0800 130 000 et consulter la page d’information du gouvernement.

Plus d’informations et de recommandations sur la fiche Coronavirus et sur la page Risques sanitaires / Coronavirus.

Volcans en activité (18/01/2021)

Mont Ili Lewotolok (île de Lembata, Nusa Tenggara Timur)

Volcan en activité au niveau d’alerte 3 sur une échelle de 1 à 4. Une zone d’exclusion de 4 km a été décrétée autour du cratère.

Mont Sinabung (Sumatra Nord)

Volcan en activité au niveau d’alerte 3 sur une échelle de 1 à 4. Une zone d’exclusion de 3 km a été décrétée autour du cratère.

Mont Bromo (Java Est)

Le mont Bromo est entré en activité.

Le centre de volcanologie indonésien (PVMBG) a relevé le niveau d’alerte concernant ce volcan qui est passé à 2 (« Vigilance »), sur une échelle de 4.

Une zone d’exclusion a été décrétée, dans un rayon d’1 km autour du volcan. Il est interdit d’y pénétrer. Ce périmètre de sécurité peut évoluer selon la situation.

Il est recommandé de respecter les consignes des autorités locales et de consulter le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais) avant tout déplacement dans cette région.

Mont Semeru (Java est)

Le volcan est entré en éruption. Le Centre indonésien de volcanologie et des catastrophes géologiques a relevé le niveau de vigilance du Mont Semeru à 2 sur une échelle de 1 à 4.
Il est interdit de s’approcher à moins de 4 km du volcan.

Il est recommandé de respecter les consignes des autorités locales et de consulter le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques(en anglais) avant tout déplacement dans cette région.

Anak Krakatoa (détroit de la Sonde)

Le Volcan Anak Krakatoa est actuellement en activité. Le centre de volcanologie indonésien (PVMBG) a baissé le niveau de vigilance concernant ce volcan qui est passé à 2, sur une échelle de 4.

Une zone d’exclusion a été établie, dans un rayon de 2 km autour du volcan. Il est interdit d’y pénétrer. Ce périmètre de sécurité peut évoluer selon la situation.

Il est recommandé de respecter les consignes des autorités locales et de consulter le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais) avant tout déplacement dans cette région.

Mont Soputan (Célèbes)

Le volcan Soputan, situé au nord-est de l’île de Célèbes fait l’objet d’un périmètre d’exclusion.

Il est interdit de s’approcher à moins de 4 km du volcan.

Il est recommandé de respecter les consignes des autorités locales et de consulter le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais) avant tout déplacement dans la région.

Mont Agung (Bali)

Le Mont Agung connaît des éruptions régulières.
Le niveau de vigilance a été abaissé à 2 sur une échelle de 1 à 4.

Il est recommandé de respecter les consignes des autorités locales et de consulter le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais) avant tout déplacement dans cette région.

Merapi (Java centre)

En raison d’une augmentation significative de l’activité interne du volcan et d’une récente éruption, le Centre indonésien de volcanologie et des catastrophes géologiques a relevé le niveau de vigilance du Merapi, volcan situé au nord de Yogyakarta, à 3 sur une échelle de 1 à 4.
Il est interdit de s’approcher à moins de 5 km du volcan. Toutes les activités touristiques sont suspendues dans la zone.

Il est recommandé de respecter les consignes des autorités locales et de consulter le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais) avant tout déplacement dans cette région.

L’activité des volcans peut évoluer rapidement et entraîner des modifications des consignes ci-dessus. En particulier, les autorités locales peuvent être amenées à prendre des mesures destinées à protéger les populations, notamment en délimitant des périmètres d’exclusion autour des cratères en activité. Il est donc recommandé de s’informer en consultant le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais) avant de se rendre à proximité des zones volcaniques.

Les éruptions volcaniques, même de faible ampleur, peuvent occasionner des pluies de cendres et affecter les populations les plus vulnérables (enfants, personnes âgées, personnes souffrant de troubles respiratoires, etc.). Un guide sur les risques des cendres volcaniques pour la santé est disponible sur le site de l’ambassade de France en Indonésie.

Les personnes désireuses de se rendre en Indonésie sont invitées à s’inscrire sur la plateforme Ariane et à contacter au préalable compagnies aériennes, agences de voyage et assureurs.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Intempéries et risques d’inondations (24/03/2021)

De fortes pluies frappent actuellement différentes régions d’Indonésie. Ces précipitations importantes peuvent perdurer jusqu’à la fin de la saison des pluies qui s’étend d’octobre à avril, avec un pic d’intensité entre les mois de janvier et février.
Ces pluies, parfois accompagnées de vents violents, occasionnent chaque année des inondations, des glissements de terrain et des crues soudaines.
Il est recommandé de faire preuve de vigilance, d’adapter ses déplacements en conséquence et de respecter les consignes des autorités locales.

Plus d’informations et un suivi en temps réel sur le site officiel de l’agence météorologique indonésienne (BMKG) (en anglais).

Recrudescence des cas de dengue (24/03/2021)

Selon les autorités sanitaires indonésiennes, une forte recrudescence des cas de dengue a été signalée depuis le début de l’année sur l’ensemble du territoire, et plus spécifiquement sur les îles de Java et Bali. La propagation de la maladie pourrait se poursuivre.
La dengue est une maladie transmise par les moustiques que l’on retrouve principalement dans les zones urbaines et semi-urbaines.
Le seul moyen de s’en prémunir est de se protéger des piqûres de moustiques. De plus amples informations relatives à cette maladie et aux mesures de prévention individuelles figurent dans l’onglet Santé de la présente fiche.
Pour toute question complémentaire, il est recommandé de prendre conseil auprès d’un médecin.

Troubles en Papouasie indonésienne (24/03/2021)

Depuis les manifestations du mois d’août 2019, la situation sécuritaire en Papouasie se détériore. De nombreux incidents ont eu lieu ces derniers mois dans les régences d’Intan Jaya, de Puncak et de Mimika (province de Papouasie).

Les forces de sécurité indonésiennes ont renforcé leur présence dans la zone afin de contenir les rassemblements et éviter les débordements.
Compte tenu du contexte local, de nouveaux épisodes de violence sont à craindre.

Il est recommandé aux personnes qui souhaiteraient se rendre dans ces régions de faire preuve d’une extrême vigilance, de se tenir régulièrement informé de l’évolution de la situation, de respecter les consignes des autorités locales et d’éviter tout rassemblement.


Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour

Dans le contexte de la pandémie de Covid 19, il est vivement recommandé de vérifier auprès du Consulat indonésien à Paris les catégories de voyageurs autorisés à entrer sur le territoire indonésien.

Passeport

Les voyageurs doivent impérativement disposer d’un passeport ayant une validité supérieure à 6 mois à la date d’entrée en Indonésie et de pages vierges pour apposer le visa.

Le passeport doit être en très bon état : de nombreux ressortissants français se sont vus refuser l’accès au territoire indonésien à cause d’un passeport abîmé (pages déchirées, couverture en mauvais état, etc.). Ils sont alors expulsés et contraints de retourner en France.

En Indonésie, le passeport d’urgence ne permet pas de bénéficier de l’exemption de visa. Toute personne qui prévoit de voyager en Indonésie avec un document de voyage de ce type doit doit solliciter un visa auprès de la représentation diplomatique et consulaire indonésienne la plus proche. Cette dernière, après avoir apprécié le bien-fondé du motif de l’urgence, décidera de l’opportunité de délivrer le visa.

Visas court séjour

Les ressortissants français souhaitant séjourner moins de 30 jours en Indonésie sont exemptés de visa, à condition que leur voyage corresponde à l’un des motifs suivants. : tourisme ; visite familiale ; social ; art et culture ; mission officielle (détenteurs de passeports officiels ou d’une lettre de mission pour un voyage officiel) ; participation à un séminaire/conférence, à un salon/foire internationale, à des réunions avec la maison mère ou la filiale d’une entreprise en Indonésie ; transit.

Un billet retour ou autre justificatif de sortie de territoire sera exigé par les autorités indonésiennes. Pour les ressortissants français ayant bénéficié de l’exemption de visa, il est impossible de prolonger le séjour au-delà des 30 jours une fois sur place.

Les visas pour les journalistes doivent être obtenus auprès des ambassades d’Indonésie.

Visas long séjour

Les touristes souhaitant séjourner plus de 30 jours en Indonésie peuvent demander un visa à l’arrivée (VOA) auprès des services d’immigration, y compris aux points d’entrée sans visa. Ils doivent être en possession d’un billet retour ou autre justificatif de sortie de territoire.

Contrôles

Tout étranger demeurant en Indonésie après l’expiration de son visa (’"overstay’’) est passible d’une amende de 1 million de rupiahs (environ 60 euros) par jour pendant les 60 premiers jours de dépassement de visa. Au-delà de ces 60 jours, l’amende est plafonnée à 500 millions de rupiahs (environ 30 000 euros). Les services de l’immigration sont très vigilants, notamment dans les aéroports au moment de l’embarquement, et cette mesure ne connaît pas d’exception. Un étranger en situation de dépassement de séjour ne sera pas autorisé à quitter le pays s’il n’a pas acquitté le montant de l’amende et pourra être placé en rétention s’il n’est pas en mesure de régulariser rapidement sa situation.

Hébergement des étrangers

La loi indonésienne fait obligation aux personnes qui hébergent des étrangers de le signaler dans les 24 heures à la police locale ou au chef de quartier (RT), sous peine d’amende ou d’emprisonnement. Il convient donc de se mettre en conformité avec la loi lorsqu’un représentant de la police ou un chef de quartier se manifeste sur sonlieu de séjour (maison louée), en déclinant son identité et en fournissant une photocopie de son passeport et de son visa. En cas de non-conformité à cette loi, des policiers ou des chefs de quartier sont susceptibles d’imposer sur le champ le paiement d’une amende de plusieurs millions de rupiahs (plusieurs centaines d’euros). Tout paiement doit faire l’objet d’un reçu écrit, au poste de police, mentionnant le nom des officiers de police qui ont perçu les sommes versées.


Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place.

Des contrôles sont effectués fréquemment sur les médicaments apportés par les voyageurs. Ceux appartenant à la classe des psychotropes (anxiolytiques) font l’objet d’une attention particulière car ils sont considérés comme des drogues en Indonésie. En cas de traitement de ce type, il est indispensable d’emporter la prescription médicale avec soi et de constituer un stock de médicaments correspondant à la posologie prescrite, majorée de quelques comprimés supplémentaires en cas de prolongement involontaire du séjour.

Les hôpitaux privés sont à préférer aux hôpitaux publics. En cas de problème sanitaire important, une évacuation vers Singapour ou la France devra être envisagée. Les hôpitaux indonésiens ne prodiguent aucun soin tant qu’ils n’ont pas un accord de prise en charge d’une assurance ou, le cas échéant, un numéro de carte de crédit à débiter.

Coordonnées de médecins et d’hôpitaux sur le site de l’ambassade de France à Jakarta

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.
Consulter éventuellement son dentiste avant son départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et emporter dans ses bagages les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos Pratiques.

Vaccinations

  1. Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines sont recommandées : s’assurer d’être à jour dans ses vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.
  2. En raison de l’épidémie de diphtérie et des cas de poliomyélite qui ont été rapportés dans le pays, la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée. La vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) est également recommandée pour les enfants.
  3. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  4. Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  5. La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
  6. Pour des séjours en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire. Outre la vaccination, cette maladie virale étant transmise par les piqûres de moustiques, il est nécessaire de recourir à des mesures de protection contre les moustiques.

Risques sanitaires

Covid-19

La maladie provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 a été nommée COVID-19 par l’Organisation mondiale de la Santé - OMS. Depuis le 11 mars 2020, l’OMS qualifie la situation mondiale du COVID-19 de pandémie ; c’est-à-dire que l’épidémie est désormais mondiale.
Pour plus d’informations (symptômes, transmission, prévention, etc.), consulter la fiche Coronavirus.

Maladies transmises par les moustiques

La saison des pluies, qui s’étend de janvier à avril, est propice à la prolifération des moustiques qui accroît les risques d’exposition aux maladies suivantes :

Paludisme

Pour les îles de Papouasie, Tenggara Est, Moluques : le risque de paludisme est présent toute l’année. Pour les îles de Sumatra, Java, Lombok, Tenggara Ouest, Célèbes, Kalimantran : le risque de paludisme est avéré en cas de séjour en milieu rural. Il n’y a pas de risque de paludisme sur l’ile de Bali et dans la ville de Jakarta.

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques sont fortement recommandées (cf. ci-après).

S’agissant du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Durant le séjour, et durant les deux mois qui suivent le retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

Une très forte recrudescence des cas de dengue a été signalée sur tout le territoire indonésien. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire.

Plus d’information sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé

Chikungunya

La transmission du Chikungunya s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). Le traitement est alors symptomatique. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif ni vaccin. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf ci-après).
Plus d’informations sur le chikungunya sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Certains cas peuvent être mortels ou engendrer des séquelles neurologiques graves. Dans le cadre d’un voyage touristique, la vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas recommandée systématiquement pour tous les voyageurs qui se rendent en Asie ou en Océanie. Il semble que les mesures physiques contre les moustiques (vêtements longs, répulsifs, moustiquaires, etc.) soient une arme efficace.
Plus d’informations sur le site de l’Organisation mondiale de la santé.

Virus Zika

Le pays figure sur la liste, établie par l’OMS, des pays où une transmission endémique est possible ou dans lesquels des infections par le virus Zika sont avérées.

Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.

Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré est attestée.

Il est notamment recommandé à tous de :

  1. respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustique (cf. ci-dessous), ceci tant la nuit que le jour.
  2. consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage et, à défaut, de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage, en particulier avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika.

En savoir plus :

  1. Risque de transmission par voie sexuelle : site du Haut conseil de la santé publique
  2. Dossier d’informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère des Solidarités et de la santé)
  3. Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des Solidarités et de la Santé)
  4. Recommandations pour la prévention des piqures de moustiques
Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  1. Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage).
  2. Utiliser des produits répulsifs cutanés- : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 62,8 Ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 808 Ko).
  3. Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).
  4. Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Rage

Plusieurs dizaines de cas de rage sont rapportés, en particulier dans l’île de Bali. La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par la salive ou par une morsure d’un animal atteint du virus (chien, renard, chauve-souris, etc.). La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.
Plus d’informations sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Tuberculose

Des cas de tuberculose sont fréquemment rapportés en Indonésie. Ils concernent l’intégralité de l’archipel, y compris les zones urbaines, et certaines souches sont résistantes aux antibiotiques.

La tuberculose est une infection contagieuse qui se manifeste principalement par une toux, des douleurs dans la poitrine, des crachats, une fatigue, une perte de poids ou d’appétit, de la fièvre et des sueurs.

Il est recommandé :

  • d’éviter d’avoir un contact rapproché avec des personnes malades ;
  • de prendre toutes les précautions en cas d’affectation professionnelle dans des lieux à risque tels qu’un hôpital, une prison ou un centre social ;
  • de respecter les recommandations du paragraphe « Quelques règles simples » ci-dessous,
  • de consulter un médecin en cas de suspicion.
Infection par le virus HIV – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Grippe aviaire

Il s’agit d’une maladie virale animale (volailles) exceptionnellement transmissible à l’homme. Le virus se transmet par voie aérienne (voie respiratoire), soit par contact direct, notamment avec les sécrétions respiratoires et les matières fécales des animaux malades, soit de façon indirecte par l’exposition à des matières contaminées (par l’intermédiaire de la nourriture, de l’eau, du matériel et des mains ou des vêtements souillés). Les espaces confinés favorisent la transmission du virus. Ses symptômes sont ceux d’une grippe tels que fièvre, toux, douleurs musculaires, fatigue, etc.

Il est recommandé de :

  • éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage (notamment les volailles et porcs) ; éviter notamment les zones d’élevages, les marchés aux animaux et les zoos ; éviter également le contact avec leurs déjections ;
  • se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques ;
  • éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs ;
  • éviter de marcher pieds nus ou en sandales dans les marchés ou à proximité d’un élevage de volailles (penser à laver soigneusement les pieds des enfants) ; ne pas ramener de volaille vivante (y compris des poussins ou des oiseaux d’ornement) à son domicile.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également rapidement un médecin.

Pour toute information complémentaire, consulter le site internet de Santé publique France ou le site internet de l’Institut Pasteur.

Quelques règles simples

  1. Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire) ;
  2. Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides ;
  3. Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  4. Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  5. Secouer les habits, draps et sac de couchage pour éviter les piqures de scorpions ou serpents ;
  6. Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants) ;
  7. Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  1. Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  2. Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  3. Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  4. Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  5. Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  6. Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  7. Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ;
  8. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Risques naturels

Le risque de séisme est élevé en Indonésie, l’archipel se situant au carrefour de plusieurs plaques tectoniques (indo-australienne, eurasienne et pacifique). Il est conseillé de consulter les recommandations sur la conduite à tenir en cas de tremblement de terre ou de tsunami de la fiche Séismes.

De nombreux volcans sont actifs en Indonésie. Une vingtaine d’entre eux fait l’objet d’une surveillance spécifique. Ils sont répertoriés et classés (selon une échelle de vigilance allant de 1 à 4) sur le site du centre de volcanologie et des catastrophes géologiques (en anglais). Il convient de se renseigner avant d’envisager une randonnée aux abords de ces volcans et de respecter strictement les instructions des autorités locales.

En cas de catastrophe naturelle (séisme, éruption volcanique, etc.) pendant son séjour en Indonésie, il est recommandé de prendre immédiatement contact avec vos proches pour les rassurer et, en cas de problème de communication avec l’extérieur, de contacter l’ambassade de France à Jakarta.

Les risques d’inondations et de glissements de terrain sont fréquents en Indonésie durant la saison des pluies. La plus grande prudence doit être observée, notamment pour les déplacements en zones rurales.

Risque terroriste

Un certain nombre d’actes terroristes ont été commis, sans pour l’instant que les intérêts étrangers aient été particulièrement pris pour cible.

À Surabaya (Java), trois attentats ont ciblé des églises et un la police en 2018.

À Banten (Java ouest), une attaque au couteau a visé un Ministre indonésien en octobre 2019.

À Medan (Sumatra), un attentat suicide à l’explosif a eu lieu dans la cour du commissariat de police le 13 novembre 2019.

Dans la région de Poso (centre de l’île des Célèbes (Sulawesi)), un attentat a été perpétré contre une famille de chrétiens en novembre 2020.

Dans la région de Poso depuis 2002, de petits groupes terroristes opèrent en ciblant avant tout les services de police. Il subsiste une menace liée à des groupuscules présents dans la zone située entre Poso et Parigi Moutong. Il convient de faire preuve d’une vigilance renforcée en général et d’éviter la région de Poso en particulier.

Il est conseillé de faire preuve de vigilance, notamment dans les lieux très fréquentés (centres commerciaux, discothèques, bars, restaurants, etc.). Il convient de respecter scrupuleusement les consignes des autorités locales.

Piraterie maritime

La piraterie maritime prend indifféremment pour cibles des navires de commerce et de pêche ou des bateaux de plaisance. Les actes de piraterie se déroulent dans les eaux intérieures (mers de Banda, de Java et de Célèbes) et dans les zones frontalières avec Singapour (détroit de Malacca), la Malaisie et les Philippines. Pour en savoir plus, consulter la fiche Piraterie maritime.

Délinquance

Le niveau de sécurité est globalement satisfaisant en Indonésie. On assiste cependant à une recrudescence de la petite délinquance (vols à l’arrachée) dans les lieux touristiques (Bali, Lombok, Jakarta, etc.), avec une forte augmentation du nombre de délits à l’approche des fêtes importantes (jour de l’an, Idul Fitri).

Plusieurs cas de perte de conscience ont été rapportés après ingestion de boissons offertes par des inconnus. Une fois droguées, les personnes se font déposséder de leurs biens et se réveillent sans souvenir de leurs agresseurs.

Des cas d’escroquerie aux cartes bancaires ont été signalés. Il convient de faire preuve d’une grande prudence lorsqu’on utilise ce moyen de paiement (ne pas quitter sa carte des yeux).

Risque routier

Les routes indonésiennes ne sont pas sûres (mauvais état de la voirie ainsi que de nombreux véhicules ; présence fréquente de piétons et d’animaux ; comportement parfois erratique des conducteurs ; intempéries, précipitations très violentes pendant la saison des pluies ; conduite à gauche). Les accidents de la circulation sont fréquents, en ville et en zone rurale. Ils impliquent souvent des motocyclettes qui constituent un mode de transport à très fort risque. La conduite de nuit, a fortiori à motocyclette, est déconseillée. Pour les deux roues, le port du casque est vital.

Risque lié à la consommation d’alcool local

L’alcool fabriqué localement, notamment sur les îles de Bali et Lombok, doit faire l’objet d’une vigilance particulière. La consommation d’alcool frelaté (arak : alcool de riz ou de palme) peut entraîner des lésions irrévocables (cécité), voire le décès.

Zones de vigilance

Zones déconseillées sauf raison impérative

Piraterie maritime

Il convient d’éviter sauf raison impératives les zones où des Les actes de piraterie sont susceptibles de se produire : eaux intérieures (mers de Banda, de Java et de Célèbes) et zones frontalières avec Singapour (détroit de Malacca), la Malaisie et les Philippines.

Papouasie indonésienne

Les manifestations des mouvements indépendantistes peuvent prendre une tournure violente, notamment dans les régions montagneuses du centre (Puncak Jaya, Jayawijaya, Paniai et Timika).

https://www.diplomatie.gouv.fr/

Recommandations générales

Il est recommandé de :

  • ne jamais laisser ses affaires sans surveillance ;
  • ne pas transporter tous ses papiers et son argent dans un seul sac ;
  • laisser en lieu sûr (coffres d’hôtel par exemple) les documents d’identité et de voyage ; ne se déplacer qu’avec des photocopies ;
  • ne pas sortir des axes routiers importants et ne pas conduire de nuit.

Risques liés aux activités sportives

Les accidents de baignade sont fréquents. Il existe de nombreuses plages non surveillées en Indonésie, parfois très dangereuses. Il est recommandé de se renseigner avant de se baigner.

La plongée est très pratiquée en Indonésie. L’offre est importante mais de qualité variable (formateurs et équipements). Compte tenu des nombreux accidents qui surviennent chaque année, il est recommandé de s’assurer de la qualité du centre de plongée.

De manière générale, la qualité et la sécurisation des infrastructures récréatives et sportives sont très éloignées des standards européens. La plus grande vigilance s’impose.

Il est recommandé de privilégier des guides appartenant à des structures bien identifiées, en particulier pour les voyageurs se déplaçant seuls dans des régions peu ou pas touristiques. Dans la mesure du possible il est préférable de se déplacer en petits groupes.


Pour plus d’information sur cette destination rendez-vous sur le site Diplomatie.gouv