Brésil
Brésil
Brésil
Brésil

Surf Camp Brésil : surfer dans un environnement incroyable



pour visualiser nos meilleurs tarifs promotionnels.
C'est simple, gratuit et rapide
Séjour surf dans un environnement incroyable
À partir de 200€
pour 1 nuit

Brésil, Tibau Do Sul

Séjour surf dans un environnement incroyable
Niveau : Tous niveaux
Recommandé aux Adultes, Famille

Dernière minute

Date de publication :

Élections (04/10/2022)

Le second tour de l’élection présidentielle brésilienne aura lieu le dimanche 30 octobre.
Pendant toute la période de la campagne électorale, et dans les jours qui suivront la promulgation des résultats des élections, il est recommandé d’observer la plus grande prudence et de se tenir à l’écart des rassemblements et manifestations politiques.

Recrudescence des cas de dengue, chikungunya et zika (01/07/2022)

Au vu de la très forte recrudescence des maladies transmises par piqûres de moustiques au premier semestre 2022, en particulier de dengue, de chikungunya et de zika (cf. onglet « Santé »), il est très fortement recommandé aux voyageurs d’appliquer les mesures de protection, particulièrement les femmes en âge de procréer.

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (20/09/2022)

S’agissant des conditions d’entrée, de séjour et de sortie du territoire national, il convient de consulter l’Alerte Covid ainsi que le site du ministère de l’Intérieur.

Dispositions en vigueur sur le territoire brésilien :

L’arrêté interministériel n°678 du 12 septembre 2022 prévoit que pour entrer sur le territoire brésilien, il convient :

  • soit de présenter une preuve de schéma complet de vaccination contre le Covid19 (en langues portugaise, ou espagnole, ou anglaise, comportant le nom du voyageur, la référence du vaccin injecté, et les dates de vaccination nécessairement antérieures de 14 jours à la date d’embarquement),
  • soit de présenter un résultat négatif ou indétectable de test antigène ou RT-PCR, réalisé un jour avant l’embarquement.

Les enfants de moins de 12 ans, les transporteurs, les équipages d’avions, les résidents frontaliers des cités jumelles, et les personnes en situation de vulnérabilité du fait d’une crise humanitaire, sont dispensés de ces exigences.

Les passagers de navires de croisière restent soumis aux mêmes règles qu’avant, s’agissant notamment de l’éventuelle mise en œuvre de mesures de quarantaine.

Ces dispositions figurent également sur le site du Consulat général du Brésil à Paris, et sur le site de l’agence nationale brésilienne de vigilance sanitaire (ANVISA).

L’entrée sur le territoire national des voyageurs ayant eu le Covid-19 au cours des 90 (quatre-vingt-dix) derniers jours, à compter de la date d’apparition des symptômes, et qui sont asymptomatiques et persistent avec le test RT-PCR ou test antigénique détectable pour le Covid-19, sera autorisée sur présentation des documents suivants :

  • 2 (deux) résultats de RT-PCR détectables, avec un intervalle d’au moins 14 (quatorze) jours, le dernier étant réalisé 1 (un) jour avant l’embarquement ; et,
  • Certificat médical avec la signature du médecin responsable, attestant que la personne est asymptomatique et apte à voyager, incluant la date du voyage.

Les attestations de rétablissement du Covid19 ne sont pas admises en substitution du certificat de vaccination ou du test.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat

Pour rappel, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.



Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et séjour

Les Français sont dispensés de visa pour tout séjour inférieur à 90 jours. Le passeport doit avoir une validité de six mois au minimum. Tout voyageur doit être muni d’un billet de retour ou de sortie du territoire brésilien.

La durée du séjour sans visa ne doit pas dépasser 90 jours. Ce délai est prorogeable par la police fédérale jusqu’à 90 jours supplémentaires, à condition que la durée maximale de séjour dans le pays ne dépasse pas 180 jours par année migratoire. En cas de non-respect de ces dispositions, les voyageurs s’exposent à un refus d’entrée sur le territoire, ou à une obligation de quitter le territoire.

Cas des doubles nationaux (franco-brésiliens)

Les Franco-Brésiliens sont soumis à la loi brésilienne s’ils se trouvent sur le territoire brésilien. Ils doivent à ce titre entrer et ressortir du territoire muni d’un passeport brésilien.

Les enfants et les adolescents franco-brésiliens titulaires du nouveau modèle de passeport brésilien pour mineurs avec filiation et autorisation de voyage imprimées sur la page d’identité, désormais en circulation, peuvent voyager avec un seul de leurs deux parents, sans distinction. Les titulaires de modèles antérieurs doivent être munis d’une autorisation de voyage signée par les parents ou le représentant légal. Avant le voyage, il est vivement conseillé de vérifier l’application de ces modalités auprès du consulat général du Brésil à Paris.

Règlementation douanière

Animaux de compagnie

En cas de séjour au Brésil avec un animal de compagnie venant de France, afin de pouvoir assurer son retour sur le territoire de l’UE, un titrage sérique (prélèvement sanguin permettant de s’assurer de l’efficacité de la vaccination de l’animal contre la rage) devra être effectué dans un laboratoire agréé par l’Union européenne avant le départ. Il devra donner un résultat supérieur à 0,5 UI, attestant ainsi de la couverture vaccinale de l’animal. Le résultat du titrage sérique restera valide la vie de l’animal durant, sous réserve que la vaccination contre la rage reste toujours en cours de validité. Ce titrage qui n’est pas obligatoire pour rentrer sur le territoire brésilien, permettra le retour de l’animal en Europe sans délai.

En l’absence de ce titrage, ou pour un animal adopté lors du voyage, le prélèvement de sang devra être fait au Brésil (après identification de l’animal par puce et vaccination rage) et analysé dans un laboratoire agréé par l’Union européenne au moins trois mois avant le retour de l’animal.

[Pour de plus amples informations, il convient de prendre l’attache du consulat général du Brésil à Paris ou sur le site de l’ambassade de France au Brésil.


Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Il est conseillé de consulter suffisamment longtemps avant la date de départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins.

Il est également nécessaire de contracter en France une assurance de voyage couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et, de manière générale, aux dépenses de santé qui peuvent être très élevés à l’étranger, notamment auprès des établissements privés qui offrent parfois des services plus adaptés, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance de voyage permettant de couvrir tous les frais médicaux (opération chirurgicale, hospitalisation ou rapatriement). Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place. Faute de pouvoir justifier d’une couverture sociale, le voyageur s’expose au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale.

Cette garantie doit pouvoir couvrir la contrevaleur en monnaie locale d’au moins 30 000 euros (les frais médicaux ou de rapatriement pouvant cependant atteindre un niveau largement supérieur). Vérifier par conséquent le montant du plafond de cette assurance avant son départ.

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, analyser les risques sanitaires et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations nécessaires ou recommandées.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et emporter dans ses bagages les médicaments nécessaires. Ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçon). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos pratiques.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée avant tout déplacement au Brésil.
La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant.

En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Fièvre jaune

La fièvre jaune est causée par un virus, transmis par un moustique. Les symptômes sont variables, allant du syndrome pseudo grippal à la forme mortelle ; le traitement est alors symptomatique. Il n’existe pas de médicament préventif qui protège contre la fièvre jaune. La prévention repose essentiellement sur la prévention des piqûres d’insectes et sur la vaccination.

Il est fortement recommandé de se faire vacciner contre la fièvre jaune avant de se rendre au Brésil où cette maladie connaît régulièrement des pics saisonniers, généralement pendant la saison des pluies. A noter que les autorités brésiliennes exigent un certificat de vaccinations internationales à jour de la fièvre jaune pour se rendre depuis le Brésil vers certaines destinations.

Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales avant le départ.
Plus d’informations sur :

Paludisme

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire, potentiellement grave, transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après). Pour obtenir un traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pour une durée variable selon le produit utilisé.

Dengue

Le ministère fédéral de la Santé du Brésil fait état d’une importante recrudescence de cette maladie.

La dengue est transmise par plusieurs variétés de moustiques, de jour comme de nuit, mais surtout dans les deux heures suivant le lever du soleil et au moment du couchant. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques.

Pour plus d’information sur la maladie et la prévention, consulter :

Il importe de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le séjour ou après le retour en France, en faisant état dans ce dernier cas de son voyage au Brésil.

Chikungunya

Les autorités sanitaires brésiliennes ont confirmé la présence de cas de chikungunya dans le nord, le nord-est du pays (État de Bahia en particulier) ainsi que dans l’État de Sao Paulo.

La transmission du chikungunya s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). Le traitement est alors symptomatique. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif ni vaccin. Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter le site de Santé publique France.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage).
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 78.3 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 1.21 Mo).
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Beaucoup de produits à base de DEET sont trop peu dosés au Brésil. Il est donc préférable d’utiliser des produits à base d’Icaridine.

Zika

Il s’agit d’une maladie virale transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés. Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées). Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré est attestée.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage, et à défaut de consulter un médecin avant le départ afin de recevoir une information sur les risques d’une infection à Zika. Il est primordial de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika. Au retour de voyage, il est fortement conseillé de consulter un médecin spécialiste indépendamment de la présence de signes évocateurs.

Il est recommandé à tous les voyageurs de respecter les mesures de prévention des piqures de moustiques, de consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France et de consulter avant le départ les informations suivantes :

Autres maladies

Grippe

De manière générale, il est conseillé de suivre des mesures d’hygiène classiques pour limiter les risques de transmission :

  • se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions hydro-alcooliques ;
  • utiliser des mouchoirs à usage unique pour éternuer, tousser et se moucher, et les jeter dans des poubelles fermées ;
  • éviter de se toucher le nez, la bouche ou les yeux ;
  • éviter dans la mesure du possible le contact avec des personnes malades sans protection adaptée ;
  • éviter les lieux très fréquentés ;
  • nettoyer régulièrement les locaux et les surfaces qui ont pu être contaminés.

Il est également recommandé de consulter un médecin pour les personnes à risque (personnes de plus de 65 ans, femmes enceintes, malades chroniques, personnes immunodéprimées et obèses morbides).

En cas de symptômes :

  • consulter rapidement un médecin qui pourra prescrire un médicament antiviral ;
  • porter un masque chirurgical pour éviter de contaminer ses proches ;
  • limiter les contacts avec d’autres personnes ; rester si possible chez soi.

Il est recommandé aux Français qui vivent au Brésil de se faire vacciner chaque année dès le mois de mars. Il est possible de s’informer sur l’évolution de la maladie en consultant le site du ministère brésilien de la Santé.

Infection virale à Hantavirus

La transmission du virus se fait principalement par inhalation (ou contact avec une plaie) de particules virales originairement contenues dans les déjections des rongeurs. Les symptômes sont semblables à ceux de la grippe (fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, …). Il est possible que les personnes contaminées aient contracté l’infection à l’occasion de déplacements dans la campagne entourant Brasilia et ses villes-satellites. Il n’existe pas encore de vaccin contre cette infection.

VIH-IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine).
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Ne boire que des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable ; à noter, qu’à Rio de Janeiro, l’eau du robinet peut présenter une couleur trouble ou un goût argileux. En cas de doute sur la qualité de l’eau, il est fortement recommandé de privilégier la consommation d’eau en bouteille.
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ; ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.
  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (rivières ou lacs).
  • Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

La poussière des pistes associée à un degré hygrométrique très bas peut causer des problèmes respiratoires.


Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Criminalité

Le Brésil demeure un pays à risque s’agissant des homicides, des agressions sexuelles et des viols. Les touristes sont régulièrement victimes de vols, parfois avec violences. La prudence et la vigilance sont recommandées en toutes circonstances.

Insécurité routière

Les routes du Brésil ne sont pas sans danger : imprudence des conducteurs et entretien souvent déficient du réseau qui n’est que partiellement asphalté. Il convient dès lors de ne pas circuler de nuit, ni en période d’intempéries, et de privilégier les transports aériens pour les longues distances.

Risques naturels

En saison sèche (mai-octobre), les incendies sont nombreux notamment en Amazonie, dans le Cerrado et le Pantanal.

En saison humide, les pluies tropicales intenses provoquent des inondations de moyenne ampleur et des effondrements de chaussée. Les inondations sont souvent à l’origine des ruptures de barrages et de coulées de boue meurtrières. Le Centre national de suivi et d’alerte sur les catastrophes naturelles fournit une prévision quotidienne des risques hydrologiques et géologiques.

Recommandations générales pour le Brésil

  • surveiller en permanence ses effets personnels en évitant de transporter tous ses papiers et son argent dans un seul sac. Les sacs à dos doivent être portés de préférence en position ventrale ;
  • faire une copie ou numériser ses documents d’identité pour y avoir accès depuis son adresse électronique en cas de vol ;
  • ne pas se déplacer avec des sommes importantes d’argent et ne pas exhiber d’objets de valeur dans la rue (montres, téléphones et ordinateurs portables, bijoux) ;
  • ne jamais laisser ses affaires sur la plage sans surveillance, notamment à Rio de Janeiro ;
  • ne pas laisser d’objets de valeur dans les auberges de jeunesse (« Hostels ») ;
  • privilégier les distributeurs de billets installés à l’intérieur des centres commerciaux ou agences bancaires ;
  • en cas d’agression, n’opposer aucune résistance et obéir aux injonctions sans négocier ni chercher à poursuivre l’agresseur qui peut être armé. Si possible, prévoir un peu d’argent à remettre sans hésiter à l’agresseur ;
  • en ville, privilégier les taxis positionnés dans les stations de taxis ou pré-réservés. Refuser le « racolage » de taxis pratiqué dans certains aéroports et s’adresser plutôt aux compagnies officielles. A Rio de Janeiro, préférer les VTC aux Taxis ;
  • circuler en ville les vitres fermées, surtout dans les embouteillages. En cas d’accident de la circulation, appeler immédiatement la police (téléphone : 190) pour réaliser le constat, sans déplacer son véhicule ;
  • s’informer sur place des zones à éviter telles que les quartiers de bureaux le soir et le week-end, les plages par temps de pluie etc. D’une manière générale, observer le rythme de vie local en évitant les promenades nocturnes ;
  • se tenir à l’écart de tout rassemblement ou manifestation ;
  • s’éloigner sans délai de toute dispute, bagarre, opération de Police débutant ou en cours ;
  • il est vivement déconseillé de visiter les favelas, notamment à Rio de Janeiro, même accompagné d’un guide ;
  • éviter le camping sauvage ; pratiquer le tourisme écologique ou sportif avec prudence, en tenant compte de l’infrastructure médicale locale et en ayant souscrit à une assurance médicale adaptée (cf. onglet Santé de la fiche Conseils aux voyageurs).

Zones de vigilance

Zones formellement déconseillées (en rouge sur la carte)

La zone frontalière avec le Venezuela est formellement déconseillée. La présence de l’État y est limitée et se résume à quelques postes militaires. Des groupes armés et/ou criminels agissent de part et d’autre de la frontière. La situation est aggravée par le flux de réfugiés en provenance du Venezuela.

Zones déconseillées sauf raison impérative (en orange sur la carte)

Dans les zones frontalières, la criminalité ordinaire, le trafic de stupéfiants, l’orpaillage clandestin et les affrontements liés aux conflits fonciers conduisent à déconseiller l’ensemble de ces zones, sauf raison impérative. Des exactions ne sont pas à exclure, par débordement, sur certaines voies de communication ou agglomérations, dans les États brésiliens limitrophes de l’Amazonas, d’Acre, de Rondônia, du Roraima, ainsi que du sud du Mato Grosso, de l’ouest du Para et du nord de l’Amapa.

Zones de vigilance renforcée (en jaune sur la carte)

Brasilia

Le District Fédéral est relativement sûr, le centre de Brasilia (Plan pilote, Lago Sul et Lago Norte mais aussi le quartier de Aguas Claras) profitant de la présence des administrations, des ambassades et des forces de sécurité. Des vols à l’arraché y ont cependant été signalés, ainsi qu’aux distributeurs d’argent liquide. Plusieurs attaques à main armée dans les transports en commun extra-urbains ont été rapportées.
La plus grande prudence est recommandée dans les villes à proximité de la capitale.

Nordeste

Les États du Nordeste figurent parmi ceux ayant le taux d’homicides le plus élevé. La grande majorité des homicides ne cible pas les touristes (il convient cependant de ne pas attirer l’attention sur soi avec des bijoux, téléphones portables ou objets de valeur). Les vols et les agressions sont fréquents, y compris dans les zones les plus sûres.

Dans toutes les villes du Nordeste, il est recommandé d’éviter de se promener à pied, a fortiori seul, et de privilégier les véhicules particuliers de location et les taxis. Il est conseillé de préparer un itinéraire précis à l’avance, de ne pas s’éloigner des grands axes et zones d’activités. Il convient de rester vigilant sur les options d’itinéraires proposés par les systèmes de guidage automobile. Ces systèmes ne tiennent pas compte de la sécurité des itinéraires et peuvent vous orienter vers des zones risquées. A noter la pratique largement répandue de ne plus respecter les feux rouges tard le soir et la nuit. Il convient de prendre les précautions requises pour ne pas provoquer d’accidents et ne pas en subir.

Le métro, notamment à Recife, est à proscrire en raison des vols et agressions qui y sont fréquemment perpétrés. Les bus présentent un risque similaire auquel s’ajoute la conduite souvent dangereuse des chauffeurs (vitesse excessive, arrêts et départ brusques, nombreux accidents recensés). Les piétons ne sont respectés ni par les automobiles ni par les autobus : il convient d’être très prudent en traversant la chaussée.

Sur les plages du Nordeste en général, il est recommandé de ne pas rester isolé et de louer un siège auprès de l’un des nombreux stands de location d’articles de plage. Il est conseillé de n’emporter avec soi que le strict nécessaire (la possession de papiers d’identité n’est pas nécessaire) et de ne jamais laisser d’effets personnels sans surveillance.

Recife (État du Pernambuco, Région Nordeste)

Les quartiers de Boa Viagem, Graças, Poço de Panela et Casaforte sont réputés les plus sûrs bien qu’ils soient eux aussi touchés par l’insécurité. Le quartier du bord de mer Boa Viagem est le plus sécurisé.

A noter cependant qu’à la nuit tombée, si l’avenue Boa Viagem qui longe la mer reste relativement sûre, il n’en est pas de même du reste du quartier qui se vide de ses piétons.

Il est conseillé de visiter le centre historique (Recife Antigo) de préférence en journée ou le week-end et d’éviter les rues désertes.

Le quartier historique d’Olinda est toutefois réputé plus sûr.

Le risque d’attaques de requins est réel sur les plages urbaines de Recife et des alentours. La nage au large est strictement à proscrire. Le baigneur veillera à rester proche du rivage et à se baigner à marée basse. A noter qu’à marée basse comme à marée haute, la baignade les jours de pluie est à éviter car l’eau se trouble et forme un terrain de chasse privilégié pour les requins.

Salvador de Bahia (État de Bahia, Région Nordeste)

La quasi-totalité de la ville est marquée par une forte insécurité.

Les quartiers historiques du Pelourinho et de Santo Antonio peuvent être parcourus à pied en journée tout en restant vigilant. Ils sont à proscrire une fois la nuit tombée.

Fortaleza (État du Ceará, Région Nordeste)

Le niveau d’insécurité reste très élevé en ville. Il y est recommandé de suivre tout particulièrement les consignes générales de sécurité, de ne pas s’éloigner des axes principaux et des lieux touristiques, de se tenir régulièrement informé de la situation et de respecter les consignes des autorités locales.

Natal (État du Rio Grande do Norte)

La ville de Natal est l’une des capitales d’État à avoir connu la plus forte hausse de criminalité au cours des dix dernières années. Il y est recommandé de suivre tout particulièrement les consignes de sécurité.

Rio de Janeiro
Moyens de transport
  • Le métro est sûr et bien sécurisé.
  • Le réseau d’autobus est abondant, mais moins sécurisé. Des agressions y sont parfois commises, et les conducteurs y conduisent à vitesse excessive, occasionnant régulièrement de graves accidents.
  • Privilégier les VTC pour bénéficier de la géolocalisation de la course et pour ne pas avoir à sortir d’argent de manière ostensible (ce qu’une application de réservation de VTC permet).
  • Les taxis sont à l’origine d’un très grand nombre de plaintes auprès de la Police Touristique, pour agressions, vols et escroqueries. En tout état de cause, si le recours au taxi est inévitable, refuser tout paiement par carte bancaire (multiples cas de fraudes aux moyens de paiement) ;
  • Les véhicules de location, bien que banalisés, peuvent être identifiés, les transformant parfois en cibles dans la circulation. Il convient de rester vigilant sur les options d’itinéraires proposés par les systèmes de guidage automobile. Ces systèmes ne tiennent pas compte de la sécurité des itinéraires. Les routes peu fréquentées et certains quartiers exposent davantage aux risques criminels ;
  • Les piétons ne sont pas reconnus comme prioritaires lorsqu’ils traversent la chaussée. Les véhicules tiennent peu compte de leur présence sur la voie publique. De nombreux accidents sont régulièrement constatés impliquant des touristes.
  • Le réseau ferré est peu fiable et de mauvaise qualité.
Sites touristiques
  • Les quartiers riches de Rio (Copacabana, Ipanema, Bara de Tijuca), font l’objet d’une présence policière renforcée. Les vols, parfois sous la menace d’une arme, s’y produisent parfois. Il convient de rester particulièrement vigilant.
  • Les quartiers pauvres (« favelas ») sont imbriqués dans la ville, et leur exploration est déconseillée : ce sont des lieux de vie d’une population défavorisée, où la curiosité touristique est à la fois inopportune et risquée. Les opérations de police y sont fréquentes et donnent souvent lieu à des affrontements avec échange de tirs.
  • Les quartiers touristiques sont les premières cibles de la criminalité. Il convient donc de redoubler de vigilance dans ces zones, en prenant soin d’éviter d’attirer les convoitises. Il est recommandé d’éviter d’y déambuler avec des téléphones, appareils photo, bijoux, montres ou objets de valeur, apparents.
    • Les touristes visitant les quartiers de Lapa et Santa Teresa sont particulièrement ciblés, en période touristique (d’octobre à mars) entre 12h et 16h.
    • Le site du Corcovado peut être visité en priorité en recourant aux minibus ou funiculaires organisés par la municipalité. Eviter d’y accéder par la forêt sans être accompagné d’un guide.
    • Les plages de Copacabana et Ipanema concentrent les deux tiers des faits de vol. Il est préférable de s’y rendre uniquement doté du strict minimum nécessaire à la baignade. Attention, de nombreux vols sont signalés sur des touristes se rendant une dernière fois à la plage avec leur valise, avant de prendre l’avion.
    • Le Centro est à visiter en priorité en semaine, durant les périodes d’affluence (entre 10 h et 17h).
  • Les villes touristiques de la région (Paraty, Buzios, Teresopolis, Petropolis…) offrent un niveau de sécurité acceptable. Les trajets sont toutefois longs pour s’y rendre, et le réseau routier est peu sûr. Il convient d’éviter tout déplacement en voiture la nuit.
São Paulo

A São Paulo, la proportion des viols, homicides et tentatives d’homicides, tous mobiles confondus, est en baisse mais reste élevée depuis plusieurs années. Aucun quartier n’est totalement épargné. Si les quartiers aisés proches du centre sont réputés plus sûrs, le centre-ville historique (Centro) est occupé par de nombreux marginaux, souvent toxicomanes (Praça da Republica, Praça da Sé, Estaçao da Luz, Pinacoteca). Il est vivement recommandé d’éviter cette zone la nuit. Les quartiers périphériques sont très dangereux. Il est aussi vivement déconseillé de s’y rendre la nuit. Le quartier du Morumbi connaît une recrudescence de la criminalité ; il convient de faire preuve de vigilance lors de tout déplacement, notamment de nuit.

Les agressions recensées peuvent avoir lieu à toute heure, de jour comme de nuit. Les déplacements en ville doivent faire l’objet d’une grande vigilance. Les agressions, commises par des individus dissimulés ou à moto, peuvent avoir lieu lors de l’arrêt des véhicules aux feux rouges. Avant chaque carrefour, il est recommandé d’observer les lieux et de vérifier dans le rétroviseur l’éventuelle approche de deux-roues suspects.

De nombreux voleurs à la tire sévissent dans les quartiers d’affaires, en particulier sur l’avenue Paulista, de jour comme de nuit, ainsi que dans les halls et dans les alentours des hôtels accueillant des étrangers. Il convient d’être vigilant sur les plages du littoral pauliste, et de n’emporter avec soi que le strict nécessaire.
Des agressions à main armée sur des touristes ont été recensées dans le quartier Vila Madalena, très festif, surtout la nuit en fin de semaine. Il convient d’éviter de s’y promener avec les originaux de ses documents d’identité, objets de valeur et cartes de crédit.

Il convient également de signaler le phénomène des enlèvements express « PIX » : en référence au système PIX qui permet des virements d’argent dématérialisés et instantanés entre particuliers à l’aide d’une application mobile. Des enlèvements, notamment de ressortissants étrangers, ont eu lieu. Les victimes, souvent approchées sur des sites de rencontre, sont enlevées et séquestrées pour se faire extorquer, sous la menace d’armes ou avec violences, de l’argent via des transferts depuis leurs smartphones. Le ciblage de taxis, avec parfois la complicité des chauffeurs, ou d’utilisateurs de services de covoiturage est aussi relevé. Pour sécuriser les transactions et prévenir ces faits, la Banque Centrale brésilienne a fixé un plafond de transaction de 1000 reals (environ 180 euros), sur le créneau le plus criminogène de 20h à 6h.

Les environs de São Paulo

La périphérie de São Paulo est une zone à risque et impose une vigilance renforcée aux voyageurs qui s’y rendent ou la traversent. Si l’arrière-pays rural offre un niveau de sécurité relatif, la plaine littorale, et notamment la "baixada santista", sont le théâtre de nombreux accidents et agressions par des pirates de la route ou sur les axes de circulation et d’attaques à main armée contre les hébergements touristiques.
La prudence est recommandée lors des déplacements dans cette région, notamment de nuit. Une attention particulière doit être portée à la réservation des logements sur le littoral, notamment des locations saisonnières ; il convient de se renseigner sur les conditions de sécurité dans la zone.

https://www.diplomatie.gouv.fr/

Pour plus d’information sur cette destination rendez-vous sur le site Diplomatie.gouv
S'inscrire
Nom *
Prénom *
Adresse email *
Mot de passe *
Répéter le mot de passe *
* Obligatoire
Se connecter
Adresse email
Mot de passe
Mot de passe oublié
Saisissez votre adresse e-mail et nous vous enverrons un lien pour réinitialiser votre mot de passe.

Adresse email
PROGRAMME MEMBRE
20€ OFFERTS*
En t’inscrivant, tu recevras nos ventes flash, offres ciblées, promotions et jeux concours.
Merci! Ton inscription est confirmée.
Tu recevras désormais notre newsletter.
* Valables sur tous nos séjours hors départs groupés.
PORTAIL ENTREPRISES & CSE


Code d'acces
 
Demander votre code d’accès - service réservé aux entreprise
Cookies utilisés
Les cookies sont des données stockées sur votre ordinateur, tablette ou mobile sur internet à la demande du serveur gérant le site Web visité. Ils contiennent des informations sur la navigation effectuée sur les pages du site et sont principalement utilisés pour garder en mémoire vos choix et vos préférences. Ils permettent notamment un confort optimal de navigation, la personnalisation des contenus que vous consultez, l'établissement de statistiques de mesures d'audience, l'émission de publicités adaptées à vos centres d'intérêts, et l'amélioration de l'interactivité du site avec les réseaux sociaux. Vous avez la possibilité de désactiver l'enregistrement de certains de ces cookies. Veuillez nous indiquer vos préférences pour l'ensemble des cookies listés ci-dessous :

Les cookies nécessaires au fonctionnement

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement de notre service. Ils sont généralement activés en réponse à des actions que vous effectuez comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Ils permettent par exemple de se souvenir de vos préférences, se connecter via un réseau social, améliorer et adapter nos contenus en fonction de vos attentes.

Les cookies nécessaires à certaines fonctionnalités optionnelles

Ces cookies permettent d'améliorer les fonctionnalités et la personnalisation de notre site. Si vous n'acceptez pas ces cookies, certains ou tous ces services seront susceptibles ne pas fonctionner correctement.

Les cookies de mesure d’audience

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils permettent d’observer la manière dont vous utilisez et naviguez sur le site : les pages consultées, les pages quittées, les clics, le navigateur utilisé, etc. Les données recueillies permettent notamment de vous proposer un confort optimal de navigation. Toutes les informations collectées par ces cookies sont agrégées et donc anonymisées, ne révélant pas votre identité.

Les cookies relatifs à la publicité ciblée

Ces cookies sont utilisés pour établir des profils sur vos intérêts afin de vous proposer des publicités ciblées, les nôtres ou celles de nos partenaires, sur d’autres sites. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, vous verrez toujours des publicités lors de votre navigation sur d'autres sites web mais elles ne seront plus basées sur vos préférences et votre comportement d’utilisateur.
Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d'améliorer l'expérience de nos utilisateurs.
Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.

En cliquant sur "Tout accepter", vous acceptez l'utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement.
Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d'accès au site.