Surfer et voyager au Sri Lanka



pour visualiser nos meilleurs tarifs promotionnels.
C'est simple, gratuit et rapide
À partir de 105€
pour 1 nuit

Sri Lanka, spot a proximite : The Rock

surfcamp face au spot
À partir de 749€
pour 7 nuits

Sri Lanka, spot a proximite : The Rock

Surfcamp avec yoga sur 7 / 14 nuits
À partir de 823€
pour 7 nuits

Sri Lanka, spot a proximite : Weligama

Surfcamp avec ou sans yoga sur 7 / 14 nuits
À partir de 1458€
pour 7 nuits

Sri Lanka, spot a proximite : The Rock

Expérience surf et yoga en duo sur 7 / 14 nuits

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (01/10/2021)

Du fait de la circulation du virus de COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Dispositions en vigueur au Sri Lanka

Les autorités sri lankaises ont levé à compter du 1er octobre de couvre-feu qui était en vigueur depuis le 20 août. Des protocoles sanitaires stricts ont été édictés, mais qui n’affectent pas les arrivées ou départs du territoire sri lankais. Les touristes continuent de bénéficier de l’accès aux sites culturels et parcs nationaux. Cette situation reste évolutive et est susceptible de donner lieu à des mesures plus restrictives pour l’entrée et la circulation sur le territoire sri lankais en cas de nouvelle dégradation du contexte sanitaire.. Sous réserve de nouvelles décisions qui seraient prises par les autorités sri lankaises :

  • L’entrée sur le territoire srilankais pour les touristes est soumise à l’obtention d’un visa en ligne avant le voyage (sur le portail de l’immigration).
  • Préalablement à cette demande de visa, les touristes devront se munir d’un justificatif de test PCR négatif de moins de 72 heures et d’une assurance prenant en charge le risque d’infection à la Covid-19. Toutes ces démarches sont explicitées sur le site « Sri Lanka Travel » (en anglais).

Le séjour touristique est par ailleurs soumis à des protocoles sanitaires différents selon que le voyageur est ou non vacciné :

  • Les voyageurs ayant complété un schéma vaccinal au moins deux semaines avant leur départ seront exemptés de quarantaine ;
  • Les voyageurs n’ayant pas complété de schéma vaccinal depuis au moins deux semaines avant leur départ se verront imposer une quarantaine à concurrence de 14 jours (selon la date de la dernière vaccination, le cas échéant) dans un hôtel habilité par les autorités.

En cas de test positif pendant le séjour, les autorités imposent pour les personnes symptomatiques une hospitalisation dans un établissement habilité et aux frais de la personne concernée. Les personnes asymptomatiques sont dirigées vers des hôtels de quarantaine obligatoire.

Compte tenu de la nature évolutive de la situation, il est recommandé de consulter régulièrement le site internet de l’ambassade de France à Sri Lanka.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.



Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Les conditions d’entrées sur le territoire sri lankais sont fortement dépendantes de la situation sanitaire. Il est vivement conseillé de prendre toutes les informations au préalable auprès de l’ambassade du Sri Lanka compétente pour son lieu de résidence.

Un visa (ETA) sera systématiquement exigé pour les ressortissants étrangers souhaitant se rendre sur le territoire sri lankais, que ce soit pour des courts ou des longs séjours.

Il est possible de faire prolonger son visa de tourisme au-delà de 30 jours, une fois sur place, en se rendant au bureau de l’immigration (voir Contacts utiles dans la colonne de droite), 8 jours au moins avant l’expiration du visa.

L’autorisation ETA ne constitue pas un droit d’entrée : à l’arrivée au Sri Lanka, les visiteurs doivent être munis d’un passeport d’une durée de validité d’au moins 6 mois après la date d’entrée, d’un billet de retour et de justificatifs de ressources pour la durée de leur séjour.

Il est recommandé aux voyageurs désireux d’effectuer un périple comprenant des étapes en Inde, au Sri Lanka, et de nouveau en Inde, de s’informer de la réglementation indienne en matière de visa de tourisme (voir la fiche Conseils aux voyageurs Inde, rubrique Entrée/Séjour).

Si l’objet de la visite au Sri Lanka est autre que touristique, il convient de formuler, préalablement au départ, une demande de visa auprès des autorités srilankaises compétentes pour le lieu de résidence du visiteur. Entrer avec un visa de tourisme et le faire transformer en visa de résident est illégal et expose à un risque d’expulsion du territoire.

Réglementation douanière

Les touristes peuvent importer en franchise de douane (duty-free) à concurrence de 125 USD de biens achetés à l’étranger, et de 187,5 USD de biens achetés au duty-free shop de l’aéroport à l’arrivée au Sri Lanka.
Les touristes peuvent importer leurs effets à usage personnel (vêtements, articles de toilette, etc.) et deux bouteilles de vin, un litre et demi de spiritueux, ¼ L d’eau de toilette et parfums et souvenirs en petite quantité, pour une valeur inférieure ou égale à 250 USD.

L’importation/l’exportation des articles suivants est réglementée : or, bijoux, pierres et métaux précieux, spiritueux et vins, cosmétiques, médicaments, équipements de télécommunication, devises étrangères au-delà de 15 000 USD ou équivalent (si l’on prévoit de réexporter une somme égale ou supérieure à 5 000 USD, la totalité de la somme doit être déclarée), animaux et plantes (y compris des parties), certains objets en bois, armes à feu, munitions, pistolets à air comprimé, explosifs (y compris les feux d’artifice), tout article dont l’importation est soumise à l’obtention d’un permis.

L’importation des articles suivants est prohibée : narcotiques, psychotropes, médicaments ou précurseurs chimiques, matériaux pornographiques, littérature religieuse, cigarettes.

L’exportation des articles suivants est interdite : antiquités, statues, trésors nationaux, livres anciens, animaux, oiseaux et reptiles (vivants ou morts), plants de thé, de caoutchouc et de cocotier.


Santé

La Covid-19 est présente à Sri Lanka comme partout dans le monde. Il est vivement recommandé de respecter les gestes barrières et l’ensemble des consignes sanitaires préconisées par les autorités locales.

Un séjour à l’étranger implique de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé : Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (notamment chirurgie et hospitalisation) y compris en cas d’infection à la Covid-19. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France. Les voyageurs ne maitrisant pas l’anglais pourront inclure dans leur contrat d’assistance la prise en charge d’un interprète.

Une liste complète des médecins connus est disponible sur le site de l’ambassade de France au Sri Lanka.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

Aucune vaccination n’est obligatoire mais la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable. En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées, ainsi que la vaccination contre la rage.
Pour des séjours en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La vaccination contre la Covid-19 n’est pas obligatoire à Sri Lanka, mais est recommandée.

Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Dengue

La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). La prise en charge est avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires.

La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques. Durant le séjour, et après le retour, un avis médical doit être pris rapidement en cas de fièvre inexpliquée.

Chikungunya

La transmission du chikungunya est possible, notamment à Colombo et Kandy. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques.

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Dans le cadre d’un voyage touristique, la vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas recommandée systématiquement. Il semble que les mesures physiques contre les moustiques (voir ci-après) soient une arme efficace.

Paludisme

Le paludisme est considéré par l’OMS comme éradiqué au Sri Lanka depuis 2016.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage).
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés (PDF - 62,8 Ko) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Leishmaniose cutanée

Cette parasitose est transmise par une mouche de sable ou un moucheron qui pique surtout le soir et la nuit. L’infection se traduit par des lésions cutanées qui peuvent se développer sur le visage, les bras et le corps. Plusieurs formes de la maladie sont connues, cutanées ou viscérales, pouvant être mortelles. Le traitement est long et difficile, et il convient de consulter un médecin rapidement après l’apparition d’une ou plusieurs plaies cutanées laissant supposer une infection. La prévention consiste notamment à porter des vêtements couvrants et à appliquer sur la peau des répulsifs anti-moustiques.

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par les animaux (chien, chat, écureuil, renard, singe, chauve-souris, etc.) atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide : il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. Il est donc recommandé de ne pas caresser les animaux, voire de ne pas s’en approcher. En cas de morsure ou de griffure, il est impératif de consulter rapidement un médecin.

La vaccination préventive avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable. Plus d’informations sur le site de l’Institut Pasteur.

Attaques de frelons à Sigiriya (Rocher du Lion)

Des attaques massives de frelons, pouvant nécessiter une hospitalisation, sont régulièrement signalées sur le sentier forestier menant au Rocher du Lion de Sigiriya. Un panneau indique que le bruit est de nature à favoriser ces agressions.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. La prévention repose sur la vaccination, recommandée, et sur les précautions liées à l’hygiène alimentaire.

Leptospirose

La leptospirose est une maladie bactérienne transmise à l’homme par contact avec des milieux souillés par les urines d’animaux infectés tels que les rats. L’eau douce, même limpide, peut être contaminée. La maladie peut être mortelle. Les symptômes sont variés et apparaissent 1 à 2 semaines après la contamination (syndromes grippaux tels que fièvre, douleurs musculaires, articulaires, abdominales et forts maux de tête).

En cas de doute, il convient de consulter un médecin sans délai. La prévention repose sur les mesures d’hygiène générales (lavage des mains à l’eau potable et au savon, désinfection des plaies et utilisation de pansements imperméables), sur la vigilance en cas de baignade en eau douce et sur la vaccination des personnes particulièrement exposées.

Pour plus d’informations, consulter le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Infection par le virus HIV – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants, chiens, singes, etc. (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux que l’on rencontre.
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon ou des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.
  • Peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine).
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées, ou de l’eau rendue potable (par filtration, ébullition ou, à défaut, produit désinfectant).
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ; ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Terrorisme

Le risque terroriste existe à l’échelle régionale et un processus de radicalisation islamiste d’une frange de la population est à l’œuvre à Sri Lanka. Des attentats revendiqués par Daech ont eu lieu le 21 avril 2019 à Colombo, Negombo et Batticaloa, dans des églises et de grands hôtels de la capitale. Les autorités ont indiqué avoir démantelé le réseau qui a perpétré ces attaques. Des mesures de sécurité renforcées ont été prises dans tout le pays, y compris dans les transports et les sites touristiques. Il est recommandé d’être attentif aux consignes données par les forces de sécurité et de se soumettre aux contrôles éventuels. Le risque d’autres attaques, qui pourraient viser des sites touristiques fréquentés par les étrangers, ne peut être exclu. Il convient donc d’être attentif à son environnement, de se tenir informé, et d’éviter les rassemblements politiques ou religieux.

Risques de tensions intercommunautaires

Le pays a connu, au cours des dernières années, des épisodes de violences intercommunautaires. Des attaques visant la communauté musulmane ont eu lieu après les attentats du 21 avril 2019. De nouvelles violences sont susceptibles de se produire dans tout le pays. Il est recommandé de se tenir à l’écart de tout rassemblement.

Risques liés aux transports

La circulation routière à Sri Lanka (conduite à gauche) est risquée : infractions aux règles de circulation récurrentes, étroitesse et encombrement des axes routiers, réactions imprévisibles des conducteurs, présence de piétons et d’animaux sur les routes. Il est préférable de louer une voiture avec chauffeur, de veiller à ce que le véhicule soit assuré et le chauffeur habilité à transporter des touristes.

Délinquance – risques spécifiques aux endroits touristiques

La petite délinquance, en particulier les vols, est en augmentation dans les lieux fréquentés par les touristes (notamment sur les plages –cas de vols à l’arraché par des personnes conduisant des motos, dans les chambres d’hôtes du bord de mer, dans les trains et les bus).

Risques spécifiques pour les femmes

Le harcèlement de rue est fréquent, des agressions sexuelles, voire des viols, ont été signalés, ainsi que des cas d’attouchements sexuels à l’occasion de soins du corps et/ou de massages. Il est préférable de s’assurer au préalable de la réputation de l’établissement et de s’entourer de précautions une fois sur place. De manière générale, prudence et discrétion sont de mise. Certains lieux exposent davantage aux risques de harcèlement (transports en commun, environs des ports et des gares, quartiers fréquentés majoritairement par des hommes, rues avec des échoppes visant une clientèle masculine). Il est conseillé aux femmes d’éviter de se déplacer à pied, seules, dans les zones peu fréquentées, après la tombée de la nuit (rues peu animées, y compris dans les grandes villes ; ruelles de villages ; plages, etc.).

Risques naturels

Sri Lanka est un pays à mousson, qui peut connaître des précipitations durables et abondantes. Les orages peuvent être particulièrement violents. Même hors période de mousson, des inondations peuvent survenir de façon soudaine, notamment en zone montagneuse, ainsi que des chutes de pierres et des glissements de terrain.

Piraterie maritime

La piraterie menace la sécurité de la navigation, dans l’océan Indien en général. La zone d’action des pirates s’étend jusqu’au sud de l’Inde et aux Maldives. La plus grande prudence est recommandée aux navigateurs de plaisance lors des déplacements maritimes au large des côtes. Tout accostage doit être immédiatement enregistré auprès de la police locale.

Risques liés aux mines

Il reste des zones non déminées dans les provinces de l’est et du nord. Elles sont signalées et interdites d’accès. Il convient d’être prudent lorsque l’on s’aventure hors des principaux axes routiers.

Zones de vigilance

L’ensemble du pays est placé en vigilance renforcée.
Dans les provinces de l’est et du nord, des travaux de reconstruction des infrastructures et d’aménagement des sites touristiques sont en cours.

Dans ces deux provinces (districts de Mannar, Vavuniya, Mullaitivu, Kilinochchi, Jaffna, Trincomalee, Batticaloa et Ampara), les précautions suivantes sont recommandées :

  • respecter la signalisation de la présence possible de mines et les interdictions d’accès à certains endroits ;
  • ne pas s’écarter des principaux axes de circulation ;
  • éviter les zones forestières, les rizières et les maisons en ruine qui peuvent abriter des mines ou d’autres engins explosifs ;

Des risques d’attaques de frelons existent sur le site de Sigiriya (voir la rubrique Santé de cette fiche).

https://www.diplomatie.gouv.fr/

Recommandations générales

  • Ne pas sortir des axes routiers importants et ne pas conduire de nuit.
  • Éviter de se promener seul après la tombée de la nuit sans s’être informé des risques potentiels auprès de personnes connaissant les lieux.
  • Refuser les offres de services non sollicitées émanant des chauffeurs de trois roues (« tuk tuk »), des rabatteurs aux abords des hôtels, des « beach boys » sur les plages et de personnes se faisant passer pour des guides.
  • Ne pas transporter ses papiers d’identité et son argent dans un même sac et sortir avec le strict minimum ; conserver en lieu sûr (dans le coffre de la chambre d’hôtel par exemple) de l’argent et une copie du passeport (une version numérique pourra également être utile). Il convient d’avoir toujours sur soi un document officiel d’identité comportant une photo.

Activités sportives à risque

Risque de noyade

La plus grande prudence est recommandée lors des baignades sur le littoral srilankais, en raison de la puissance des vagues et de la force des courants. Sur la côte ouest, la baignade en mer est vivement déconseillée d’avril à novembre, et sur la côte est de décembre à mars. Chaque année, plusieurs touristes se noient sur les plages touristiques de l’ouest et du sud du pays (notamment à Hikkaduwa, Mirissa ou Tangalle), en particulier pendant les mois de mousson. La plus grande vigilance est recommandée, y compris pour les nageurs confirmés. Il convient, dans la mesure du possible, de rester en groupe et de préférer les plages qui disposent d’un dispositif de surveillance. Se renseigner systématiquement sur les conditions de sécurité avant de se baigner.

À la plage, être conscient des risques liés à la faune marine

Une attaque -très rare - par un crocodile, en bord de lagune, a eu lieu en septembre 2017.
Certaines plages peuvent être temporairement interdites en raison de la prolifération de méduses. En cas de piqûre (pouvant entraîner des démangeaisons urticantes et contractures musculaires), il convient de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

Excursions

Aborder les excursions en pleine nature avec prudence, de préférence accompagné d’un guide qui saura réagir de manière adéquate en présence de serpents, sangsues, singes, éléphants, crocodiles, varans et autres animaux. Dans les parcs et aux abords des sites archéologiques, ne donner en aucun cas de la nourriture aux animaux : les singes et les éléphants peuvent se montrer agressifs. Se tenir à l’écart des chiens, en ville comme à la campagne, et consulter immédiatement un médecin en cas de morsure ou griffure, même d’apparence banale. La rage sévit de manière endémique à Sri Lanka (cf. rubrique santé).

Plaisance

Il est conseillé aux plaisanciers devant faire une escale non planifiée à Sri Lanka :

  1. De prévenir les garde-côtes sur la fréquence internationale de secours
  2. De ne pas entrer dans les eaux territoriales sans l’accord des autorités
  3. De faire escale dans le port indiqué par les autorités
  4. De ne pas descendre du bateau sans autorisation préalable des autorités
    Le fait de faire escale dans un port sri lankais sans autorisation préalable des gardes côtes est considéré comme une entrée illégale sur le territoire sri lankais et est passible d’une amende et de prison ferme.

Pour plus d’information sur cette destination rendez-vous sur le site Diplomatie.gouv